Nord Kivu : Une année après, l’état de siège s’effrite progressivement !

par admin9775

« 9 morts à butembo, 4 à Kasindi, 2 à kanyabayonga, 21 à goma aux côtés d’une centaine des blessés, le régime spécial a ainsi prouvé ses limites. Avec le débordement des manifestations anti Monusco, Kinshasa a compris qu’il n’était plus efficace sur terrain et étudie ainsi des mesures d’accompagnement de sa levée à l’EST du pays. »

9 morts à butembo, 5 morts à Kasindi, 2 morts à kanyabayonga, 21 morts à goma aux côtés d’une centaine des blessés au cours des manifestations citoyennes la semaine dernière, c’est trop ! Largement trop d’ailleurs ! 4 casques bleus tombés, plusieurs policiers et militaires blessés,  plusieurs dommages collatéraux partout, des dégâts sont énormes et l’autorité de l’état s’effrite progressivement ! Routes barricadées, activités économiques paralysées, boutiques pillées sous les yeux impuissants des autorités de base : bref, une semaine paralysée à butembo, goma, beni et presque partout ailleurs en province sous état de siège : ce régime militaire instauré à l’EST du pays pour imposer l’ordre, la paix ainsi que l’autorité de l’Etat face à une résurgence des groupes rebelles armés. Ainsi, comme les autorités civiles, les autorités policières et militaires ont été  aussi dépassées par la succession des évènements. L’état de siège s’est écroulé avec les manifestations anti Monusco. Au même moment les morts se font enregistrés partout en territoire de Beni et récemment la ville de Beni a été elle-même attaquée en deux reprises en une semaine seulement.

Et Kinshasa alors !

Le regime TSHISEKEDI suit de très près les évènements qui secouent l’EST du pays soutient Patrick MUYAYA, porte-parole du gouvernement. Selon lui, l’état de siège n’avait pas vocation de durer éternellement surtout que c’est un régime spécial. Le gouvernement étudie encore des mesures d’accompagnement de la levée de cette mesure poursuit-il. A la société civile du Nord Kivu, l’on souhaite la levée immédiate d’un régime aussi improductif que la MONUSCO. Plus d’une année après, son bilan est aussi mitigé. Pas un seul groupe armé neutralisé, lit-on dans sa dernière déclaration. Les groupes de pression menacent de manifester aussi contre ce régime spécial après le départ de la MONUSCO. Ils accusent ses autorités de contraindre leur liberté de manifester tout en arrêtant leurs leaders d’opinions illégalement. Avec les manifestations anti MONUSCO, leurs efforts ont été détournés pour sécuriser la Monusco que des pauvres citoyens exposés à toutes sortes de groupes armés, soutient le porte-parole de la Véranda Mutshanga qui ne jure que par la fin de l’état de siège au Nord Kivu et en Ituri. Vœux partagé aussi par le coccus des députés nationaux du Nord Kivu et Ituri qui souhaitent aussi reprendre leurs activités politiques suspendues aussi avec ce régime spécial à la veille des prochaines élections.

Ivan Eliel KANIKI

La Cloche RDC via CONGO PUB Online

163 Vues

You may also like

Laisser un commentaire