Chiffré à 14,6 milliards $, le projet de budget 2023 déposé à l’Assemblée nationale

par Pius KAMBU

Le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a déposé, le jeudi 15 septembre 2022, le projet de loi de finances, exercice 2023, chiffré à 14,6 milliards de dollars américains, à l’Assemblée nationale.

Le dépôt de ce texte auprès du bureau de la chambre basse du Parlement s’est déroulé après l’ouverture de la session ordinaire de septembre en RD Congo.

Dans son discours à cette occasion, Christophe Mboso a lancé un appel au gouvernement de prévoir dans la loi de finances 2023 des ressources suffisantes, pour le financement des projets à impact rapide.

« Dans la même perspective, j’exhorte le gouvernement à prévoir, dans le projet de loi de finances de l’exercice 2023, des ressources suffisantes pour le financement des projets à impact rapide sur la production intérieure des denrées alimentaires de consommation courante et des appuis budgétaires aux structures nationales de recherche agronomique », a-t-il déclaré.

Avant de poursuivre : « Au-delà de la mobilisation des ressources prévues dans la loi de finances de l’exercice 2023 et des opportunités qu’offrent les sources de financements innovants, j’exhorte le gouvernement à continuer à poursuivre la politique de la diversification de l’économie nationale en s’appuyant sur les secteurs porteurs de croissance, notamment la relance du secteur agricole, la réhabilitation continue des infrastructures de base et des routes de desserte agricole ainsi que l’électrification rurale ».

Pour la deuxième année consécutive, comme pour pérenniser la tradition du respect de la constitution en cette matière, le Chef du Gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a déposé, ce 15 septembre 2022, à la chambre basse du parlement, le projet du budget 2023 chiffré à 14,6 milliards de dollars américains, soit une augmentation de près de 32 % par rapport à l’année précédente, dont le budget était chiffré à près de 12 milliards de dollars américains.

Avec les réajustements qui devront y être apportés par la commission Écofin du parlement, ce budget permettra d’accélérer la mise en œuvre du programme ambitieux de développement local des 145 territoires porté par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui tient à redonner de la dignité à son peuple.

Par ailleurs, 2023 étant une année électorale, ce budget permettra de doter la centrale électorale des moyens de sa politique pour organiser les scrutins dans les délais constitutionnels. Il sied de souligner que le dépôt de ce projet de budget a eu lieu le jour même de l’ouverture de la session budgétaire à l’Assemblée nationale. Dans son discours de plus d’une heure, le président de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso a exhorté les élus du peuple à déposer au bureau de l’Assemblée nationale, leurs rapports des vacances parlementaires, qui contiennent les préoccupations et recommandations de leurs bases respectives, et dont la synthèse sera transmise au gouvernement, qui est censé répondre à ces attentes. Ce, après avoir circonscrit le contexte sécuritaire, politique, économique, et social dans lequel s’ouvre cette session budgétaire. Cela est d’autant important que les réajustements à apporter dans ce projet de budget par la commission Écofin devra en tenir compte.

Pour sa part, le Premier Ministre a déclaré devant la presse sa détermination à respecter la constitution en cette matière.

« Je voudrais d’abord ici mentionner que l’année passée, le 15 septembre 2021, nous étions ici au même endroit, en vue de déposer le projet de budget pour l’exercice 2022. Nous avions, à ce moment-là, affirmé que le Gouvernement que je dirige et selon la vision du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, devrait être respectueux des textes. Ici, c’est cette manifestation de déposer, pour la deuxième fois, le budget dans le délai constitutionnel. Et donc, c’est un exercice auquel le gouvernement, aujourd’hui, s’est donné une exigence. Et, nous le faisons avec le ministère d’État, ministère du Budget et la collaboration de tous les autres ministères. C’est juste s’y prendre à temps pour pouvoir rencontrer cette exigence. Et ici, en ce qui concerne le budget que nous venons déposer, je voudrais juste donner quelques éléments. Parce qu’en réalité, la primeur est réservée, comme vous le savez, au parlement où nous venons le défendre », a-t-il dit

Rappelons que dans sa communication au cours de la 64ème réunion du Conseil des ministres, le Félix Tshisekedi avait recommandé que le budget 2023 prévoit des dépenses d’investissements dans les secteurs sociaux notamment la santé, l’éducation et le développement rural, ainsi que celui des infrastructures.

James Mushiya

ACTU30 / PRIMATURE via CONGO PUB Online

202 Vues

You may also like

Laisser un commentaire