A Goma, la Croix-Rouge alerte sur le sort des déplacés par le M23

par Ruben Yale

Le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’est rendu mercredi au camp de Lushangala pour personnes déplacées à Goma.

Robert Mardini a déclaré que l’objectif principal de sa visite était « d’appeler toutes les parties aux conflits et leurs alliés à respecter les règles de la guerre, le droit international humanitaire et la Convention de Genève. Ce n’est pas une option, mais plutôt une obligation qui lie toutes les parties au conflit. »

Depuis plus de trois semaines, les personnes déplacées fuyant la guerre arrivent au camp de Lushangala à Goma, tandis que les combats entre les rebelles du M23 et l’armée congolaise se poursuivent sans relâche à 20 kilomètres (12,4 milles) de Goma, à Saké.

« Nous sommes ici depuis le 15 février et nous n’avons encore rien reçu, pas d’eau, pas de nourriture, pas de toilettes, tout ce que nous avons ici souffre », a déclaré Julienne Beetsa, une déplacée de Saké.

La guerre entre les rebelles du M23 et l’armée congolaise a fait de nombreuses victimes, et les hôpitaux locaux soutenus par le CICR sont débordés par le nombre de blessés qui arrivent.

« Le nombre de lits réservés aux blessés armés (à l’hôpital de la LCSA à Ndosho) a augmenté régulièrement en raison de l’augmentation du nombre de blessés. Nous sommes à 140 lits, mais lors de discussions avec nos équipes chirurgicales et le directeur de l’hôpital (de Ndosho), des mesures sont maintenant prises pour même augmenter cette capacité », a déclaré Mardini.

La semaine dernière, les chefs d’état-major des armées de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) qui ont une force conjointe dans la région étaient à Goma pour élaborer de nouvelles stratégies pour aider l’armée congolaise à combattre les rebelles du M23.

Africanews via CONGO PUB Online

47 Vues

You may also like