Mondial 2034 : des avocats questionnent la candidature de l’Arabie Saoudite

par Ruben Yale

Des avocats ont demandé mercredi à la FIFA de respecter sa propre politique et d’examiner le bilan de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme avant de choisir le royaume pour organiser la Coupe du monde masculine de 2034.

Un document de 22 pages a été remis au siège de la FIFA à Zurich au nom de Mark Pieth et Stefan Wehrenberg, de Suisse, et de l’avocat britannique Rodney Dixon. Ils ont proposé de travailler avec la FIFA sur un plan d’action et sur la surveillance de l’Arabie saoudite par des experts indépendants.

Leur document demande à la FIFA d’utiliser son influence sur l’Arabie saoudite pour se conformer aux normes internationales en matière de droits de l’homme que la politique de l’instance mondiale du football exige depuis 2017 pour les hôtes des tournois.

« Il est évident que l’Arabie saoudite est très loin de répondre à ces exigences », indique le document. « Compte tenu de cela, dans l’état actuel des choses, la FIFA ne peut tout simplement pas l’autoriser à accueillir la Coupe du monde 2034. »

Liberté d’expression

Ils citent le bilan de l’Arabie saoudite en matière de liberté d’expression et de réunion, le traitement des prisonniers et des travailleurs migrants, ainsi que les lois sur la tutelle masculine qui limitent les libertés individuelles des femmes.

L’Arabie saoudite a toujours affirmé qu’elle changeait rapidement dans le cadre du programme Vision 2030 visant à moderniser l’économie et la société du royaume sous l’impulsion du prince héritier Mohammed bin Salman. L’organisation d’un plus grand nombre d’événements sportifs et de divertissement est un élément clé du programme visant à être moins dépendant des richesses pétrolières.

L’Arabie saoudite est le seul candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2034 dans le cadre d’un processus accéléré que la FIFA a ouvert en octobre dernier à la surprise générale.

En négociant un accord de co-organisation du tournoi 2030 entre trois continents et six pays, la FIFA a ouvert la voie à l’Arabie saoudite pour l’obtention de l’édition suivante sans candidature concurrente. La candidature saoudienne doit être officiellement soumise d’ici juillet et sera confirmée le 11 décembre lors d’un vote en ligne des 211 fédérations membres de la FIFA.

Principes directeurs

Les avocats souhaitent que la FIFA utilise l’influence qu’elle a maintenant avec la candidature pour se conformer à la propre politique de l’instance du football, rédigée il y a sept ans par John Ruggie, professeur à l’université de Harvard. Ce dernier avait auparavant élaboré les principes directeurs des Nations unies sur les entreprises et les droits de l’homme.

« Donnons une chance à la FIFA », a déclaré M. Pieth lors d’un entretien téléphonique avec l’Associated Press. « La FIFA a rédigé un document très impressionnant et je serais très heureux de voir la FIFA respecter ses normes. »

M. Pieth a déjà travaillé avec la FIFA entre 2011 et 2014 en tant que conseiller sur la lutte contre la corruption et les réformes de bonne gouvernance après un scandale de corruption lors de l’élection qui s’est tenue six mois après que la Russie et le Qatar ont été choisis comme futurs hôtes de la Coupe du monde.

Après la controverse suscitée par le manque de contrôle du Qatar, hôte de la Coupe du monde 2022, principalement en ce qui concerne le traitement des travailleurs migrants nécessaires à la construction des stades et des projets d’infrastructure, la FIFA a pris des mesures il y a sept ans pour intégrer l’évaluation des droits de l’homme dans les candidatures à la compétition.

Corruption

Depuis 2017, un an après l’élection de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA dans les retombées d’enquêtes approfondies sur des dirigeants de football corrompus, il a noué des liens étroits avec l’Arabie saoudite et son prince héritier.

Pieth, Wehrenberg et Dixon ont déclaré que leur document à la FIFA a été écrit « au nom des personnes qui souffrent de graves violations de leurs droits de l’homme et de leurs libertés fondamentales par l’Arabie saoudite ».

« Les auteurs de ce document sont prêts à s’engager de manière constructive avec la FIFA pour s’assurer que ces exigences minimales sont au moins respectées », ont-ils déclaré.

Les règles de candidature pour les Coupes du monde 2030 et 2034 engagent la FIFA à respecter les droits de l’homme dans les « activités liées à la candidature et à l’organisation » des tournois plutôt que dans la société en général.

Africanews via CONGO PUB Online

35 Vues

vous pourrez aussi aimer

35 Vues

Congo Pub Online.com est une plateforme en ligne d’annonces et de publications qui fait partie des services médias de NCM SARLU. Nous sommes la plateforme en ligne idéale spécifiquement dédiée à la communication et à la promotion de vos produits et services.

©2022 Congopubonline. Conçu et développé par Fenx.